Translate

lundi 5 septembre 2016

Femmes, votre mari n'est pas votre banque !!! - Par Alix Medesse

Elle n'est pas allée de mains mortes pour rédiger un long aticle sur les relations financières entre homme et femme sur sa page Facebook: Alix Medesse  connue pour ses positions tranchées pense que l'homme ne doit en aucun cas être la banque de la femme. Lisez ici:


Il faut un lavage à l'eau de javel pour nettoyer la cervelle des femmes africaines: votre mari n'est pas votre banque. J'avais lu une vidéo où on disait aux femmes comment entretenir leur mari. Ensuite la comédienne, oui c'était une femme, disait, comment entretenir sa femme en 12 points. J'attendais de la lire pour transmettre à qui de droit quand pour les 12 points, elle a répété la même phrase: donne- lui l'argent 😃. Ça m'a fait rire mais au fond, au vu de la société africaine, de mon vécu et des histoires vécues autour de moi et par moi-même, je me suis dit, elle a raison. Mais cela peut changer et doit changer chères dames. 
Le mariage ne se limite pas à l'apport matériel de l'homme et au ménage chez la femme. Ce n'est pas un garage pour mettre fin aux souffrances humaines. C'est un tremplin pour les partager, les vivre ensemble et s'en sortir ensemble. 
Enfoncez-vous ça dans la tête les filles: vous êtes avec un homme parce qu'il faut passer à une étape de vie, créer votre propre famille, prospérer, procréer et surtout partager de l'amour, du sexe et de la vie. 
1. On ne rompt pas une relation parce que son copain, son fiancé ou son mari ne vous donne pas de l'argent. Il faut chercher pour vous. Ce n'est pas l'argent qui vous réunit. S'il ne répond pas à vos sollicitations alors qu'il en a les moyens, vous devez continuer à vivre, vous adapter et surtout continuer à le voir comme un humain et vous rappeler que vous êtes humaine. Je le répète, ce n'est pas l'argent ou le confort ou le matériel qui unit deux personnes. Ce n'est pas votre banque ni votre secours populaire. 
2. La responsabilité d'un homme dans un couple ne se limite pas à l'apport du matériel. Vous devez faire l'effort d'apporter votre contribution. Si vous ne pouvez pas, prenez soin de vous mêmes tout au moins. S'il vous manque les moyens pour vous-mêmes, et qu'il ne vous aide pas, alors qu'il en a les moyens, ne le détestez pas pour ça et ne rompez pas. Prenez cela comme un défi et prouvez lui que votre vie ne se résume pas à lui. Il s'éloignera de lui-même ou s'il est intelligent, il se reprendra et fera de vous sa reine car vous lui aurez prouvé que vous êtes une personne complète. 
Ce que je vous dis, ce n'est pas de la théorie. C'est possible! C'est surtout au moment où l'on vous prive de solidarité, d'aide financière ou matérielle que votre vie prend un sens. Car vous prenez conscience que vous êtes un être humain, que vous devez pensez à trouver ce que vous allez manger, boire et de quoi vous couvrir pour ne pas mourir sur cette terre. C'est l'essence même de l'homme sur terre, il faut survivre!
Je n'avais pas prévu écrire long mais je voudrais vous dire ceci, femmes africaines: il faut redonner du sens à vos relations. On ne rentre pas dans une vie de couple pour le confort. S'il existe tant mieux, sinon il faudra faire avec les moyens de bord et trouver ensemble des solutions. 
Beaucoup pensent que parce qu'elles sont avec un homme, elles doivent avoir un train de vie plus élevé, leur vie matérielle doit changer; parce qu'elles doivent soumettre tout ceci à la société, vous vous trompez. Tout ceci ne change chez un être humain normal que lorsqu'il travaille, fait des économies ou change de métier ou a une promotion au boulot. 
Nous ne sommes plus au moyen âge où la place de la femme est au foyer et à la cuisine et l'homme au champ ou au front. Dans la société d'aujourdhui, le rôle de la femme a changé, évolué et elle est plus occupée aujourd'hui qu'un homme. Il faudra vous adapter à ceci. 
Néanmoins, si vous décidez d'adopter le modèle ancien de la vie, cela doit être de connivence avec l'homme. Si vous voulez rester à la maison ou attendre tout de Monsieur, vous devez accepter d'obéir comme au 16 ème, au doigt et à l'oeil. Pour finir, je vous invite à vous contenter de ce que vous avez et à vivre selon vos moyens. 
Vous n'êtes pas obligées de manger comme les autres, de boire ce que les autres boivent, de porter les habits que les autres portent ou de vivre comme elles vivent. Pensez toujours à votre situation et demandez vous à chaque fois si cela est nécessaire. Sacrifiez-vous quand cela est nécessaire pour jouir des fruits de votre effort. C'est plus jouissif croyez-moi, quand vous savez vous faire plaisir à vous-mêmes et encore plus quand on vous fait plaisir et que vous savez que vous pouvez le faire pour vous-mêmes. 
Toutes les relations où la femme est épanouie marchent bien car elles sont saines. Les sujets de discussion ne tournent pas autour de l'argent ni des cadeaux mais sur les points de divergences, de connivence et d'avenir. 
Prenez soin de vous.

--- LMM ---

jeudi 1 septembre 2016

Mesure de suppression de visa aux pays africains: Les options ouvertes au Bénin


Au cours de sa première et récente visite d’état au Rwanda, au lendemain de sa participation au TICAD en Nairobi, le Président de la République Mr. Patrice Talon a annoncé son intention de faire supprimer le visa d’entrée sur le territoire béninois aux ressortissants des pays africains.  A peine annoncée par le Président Talon, et diffusée par la cellule de Communication du Chef d’Etat du pays hôte, la nouvelle a fait le tour du monde et a été diversement analysée par les compatriotes béninois suivant plusieurs angles. Certains ont tôt fait de craindre, à juste titre, pour la  sécurité nationale et celle des frontalières déjà éprouvées, d’autres pour des questions de sécurisation de leur emploi, d’autres encore pour celles relatives à un éventuel "surpeuplement" du pays, vu la promiscuité du voisin de l’Est. Mais encore, certains nationaux craignent que le Président Talon n’emboite le pas de son prédécesseur, Yayi Boni, qui disent-ils, était passé maitre dans l’art d'annonces tout-azimuts de mesures sans accompagnement, parfois prises sur un coup de l’émotion. Quoiqu’il en soit, il convient de s’attarder sur les bénéfices d’une telle mesure qui n’est pas sans conséquences majeures sur la gouvernance politique, économique et sociale de l’ex-Dahomey.  

Tous droits réservés à l'auteur de la photographie. (boell.de)
La mesure en elle-même et ses options
D’après l’annonce faite, il s’agirait d’une suppression du visa d’entrée, sans qu'il ne soit précisé s'il s'agit d'une suppression pure et simple. AInsi, le gouvernement devra alors procéder à une nuance nécessaire pour éviter la confusion. Plusieurs options se présentent. 
1. La première option, c’est que les bénéficiaires de la mesure prennent un visa à l’arrivée qui pourrait toujours être payant, comme c’est le cas au Rwanda. De ce fait, il s’agira d’un visa payant mais sans procédure administrative préalable et décourageante depuis le pays d'origine ou de résidence.
2. La deuxième option pourrait être de rendre le visa non payant, ce qui reviendrait à renoncer alors à  la manne d’argent (officielle) qui découle jusque là des passages des étrangères aux frontières béninoises.
3. La troisième option reste que le visa gratuit ne pourrait s'appliquer uniquement que pour les passagers entrant dans le pays par l'aéroport International Cardinal Bernardin Gantin et excluant les autres frontières.
4. La quatrième option pourrait alors être un visa d’entrée gratuit mais soumis à une obligation, sans appel, de procéder aux formalités administratives nécessairement payante (voire onéreuse) pour les séjours dépassant 30 jours, comme c’est le cas au Ghana (et au Rwanda). 


Sur l’effectivité de la mesure
Etant donné que la mesure n’est point d'application immédiate, elle devra être entérinée par décret pris en conseil des ministres et assorti d'u un délai de mise en vigueur, puis circulée officiellement par voies diplomatiques et autres aux pays concernés.  Cela pourra permettre au gouvernement de différer, par exemple, la mesure au 1er Janvier 2017 ou même 1er février 2017; ce qui laissera à l’exécutif de peaufiner certaines mesures collatérales allant dans le sens ou facilitant sa mise en œuvre.


Le Parlement devrait-il être préalablement consulté ?
D’après certains citoyens, l’Assemblée Nationale devrait être préalablement consultée avant meme une annonce. Au sens de l’article 98 de la Constitution en vigueur, toutes les questions non traitées par l’Assemblée Nationale sont d’office du ressort de l’exécutif. Ainsi le gouvernement peut, de mon avis, prendre la mesure sans consulter le parlement. Mais ce dernier devra suivre avec minutie les incidences d'une telle mesure sur la loi des finances. De toutes les manières, cette question reste ouverte et l'opposition, si elle existe encore, est appelée à éclairer l’opinion publique. En cas de conflit, la Cour constitutionnelle pourrait être appelée à se prononcer sur l’opportunité ou non d’une loi.  

Quels défis et opportunités présente lasite mesure? Ce sera l'objet d'un de nos tout prochains articles.

Octavio Hermeland Diogo



Appel a Candidature: Forum pour le Développement de L’employabilité et L’entrepreneuriat des Jeunes (FODEJ) 2016



Forum pour le Développement de L’employabilité et L’entrepreneuriat des Jeunes (FODEJ) 2016 Thème: « Renforcer les partenariats pour les compétences du 21e siècle : les jeunes comme créateurs d’emplois et non chercheurs d’emplois »

La Commission de l’Union africaine en collaboration avec la CEDEAO, l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes au Sénégal et le YALI ont le plaisir de vous informer du lancement de l’appel à candidatures au Forum sur l’emploi des jeunes et le développement des aptitudes entrepreneuriales (FODEJ). Ce forum vise à amener les jeunes entrepreneurs africains à apprendre, à se constituer en réseaux, à partager les expériences et les bonnes pratiques, à se motiver mutuellement et à présenter leurs entreprises et partant à être une source d’inspiration pour chacun. Le forum FODEJ se tiendra du 5 au 7 octobre à Dakar au Sénégal. Le Forum est destiné aux pays francophones et suit le forum inaugural qui a été organisé au Kenya en 2014 pour les pays Anglophones.

Le forum FODEJ est mû par le constat selon lequel les interventions en réseau amélioreront la chaîne de valeur en favorisant la fluidité de services essentiels par le biais d’accords préalables. Outre les liens entre pairs, ces interventions se focaliseront également sur l’établissement de liens entre les jeunes entrepreneurs compétitifs à l’échelle régionale et les leaders du secteur, afin de se pencher sur certains problèmes auxquels sont confrontés les jeunes, notamment les femmes dans le milieu des affaires et de servir de plateforme d’apprentissage mutuel.

Ce forum vise à attirer les entrepreneurs possédant des entreprises de tailles variables qui emploient actuellement une main d’oeuvre et sont motivés à oeuvrer pour une Afrique meilleure.
Avantages des participants à ce forum:
  • Renforcement des capacités en matière de développement des compétences en affaires à travers des ateliers pratiques ;
  • Apprentissage collaboratif et partage d’expériences afin d’accroître les taux de réussite pour les entreprises débutantes des jeunes entrepreneurs;
  • Opportunité d’identifier des hommes ou femmes d’affaires prospères afin qu’ils servent de mentors aux jeunes entrepreneurs ;
  • Opportunité de se lancer dans des secteurs dynamiques avec de jeunes entrepreneurs du commerce intra-africain émergent y compris dans le secteur minier et l’agro-industrie.
Au programme: 
  1. Formation: Sessions de formation sur le développement d’entreprises y compris le montage d’une structure financière durable et le développement personnel. Ces sessions vont également présenter aux participants les diverses techniques d’encadrement ainsi que de nouveaux outils pour un encadrement efficace ;
  2. Exposition: Cette exposition va permettre aux jeunes entrepreneurs de présenter leurs produits et d’explorer de nouveaux marchés. Les prestataires de services en matière de développement d’entreprises seront également invités afin de prodiguer des conseils aux jeunes entrepreneurs ;
  3. Visites de site: Les participants visiteront une entreprise prospère appartenant à de jeunes entrepreneurs dans le pays hôte. Cette visite est censée inspirer les participants et servir de modèle de réussite pour le développement et la gestion de leurs propres entreprises.
  4. Partage d’expériences: les principales entreprises et leurs dirigeants seront identifiées afin de servir de facilitateurs lors du forum. La plateforme régionale de développement de l’entrepreneuriat à mettre en place servira d’appui pour le partage d’expériences, l’encadrement et les services en matière de développement d’affaires
Date et Lieu: Le forum FODEJ se tiendra du 5 au 7 octobre 2016 à Dakar au Sénégal.

Critères d’éligibilité: 
  • Etre citoyen(ne) d’un pays francophone d’Afrique;
  • Etre âgé(e) de 15 à 35 ans. Les candidatures des jeunes femmes sont vivement encouragées;
  • Etre capable de parler et de travailler dans au moins une des langues de travail de l’UA (Anglais, Français, Arabe ou Portugais).
Frais de participation: Les jeunes entrepreneurs peuvent couvrir eux-mêmes leurs frais de participation à cet atelier. Il existe également un nombre limité de bourses disponibles pour les entrepreneurs. Bien vouloir indiquer si vous êtes intéressé(e) par la bourse lorsque vous postuler.
Les participants intéressés sont donc invités à manifester leur intérêt à participer à ce forum en déposant leurs candidatures à travers le lien électronique suivant: (Cliquez ici: http://bit.ly/fodej2016 ) avant le 12 Septembre 2016 à 23h59 (heure de l'Afrique de l'Est).